👀
Un framework pour réduire l’empreinte carbone des datacenters

Digital

06 Jan 2022

Un framework pour réduire l’empreinte carbone des datacenters

Selon Schneider Electric, ce framework, premier du genre, peut aider les opérateurs de datacenters à minimiser l’impact environnemental de leurs installations.

Le framework publié par le géant français Schneider Electric s’intéresse à 5 domaines mesurables pour minimiser l’impact environnemental des datacenters. Schneider affirme que ce framework est une première dans le secteur. L’entreprise étant spécialisée dans la gestion des systèmes d’alimentation électrique, on peut estimer qu’elle a de bonnes raisons de s’en prévaloir. Avec ce framework, Schneider Electric compte aider les opérateurs à rendre leurs sites plus respectueux de l’environnement, quel que soit le niveau d’avancement de leurs initiatives en matière de durabilité.

Á des degrés divers, la consommation électrique des datacenters est scrutée de près par de nombreux acteurs. D’après les chercheurs, les datacenters du monde entier captent entre 1 % et 2 % de la consommation d’énergie totale. Pour les hyperscalers comme AWS et Google, et pour les entreprises, les économies d’énergie peuvent apporter un avantage en termes de résultats et de bonne gestion.  Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises rendent compte de la durabilité de leur activité dans leurs résultats financiers annuels. Elles communiquent sur leur engagement envers les programmes environnementaux, sociaux et de gouvernance : le fameux RSE pour responsabilité sociétale des entreprises.

Cependant, nombre d’entre elles sont novices en la matière et ne savent pas exactement quelles métriques surveiller et valoriser. C’est là que les frameworks de Schneider peuvent s’avérer utiles. « Malgré les pressions exercées par les investisseurs, les régulateurs, les actionnaires, les entreprises et les employés, de nombreux opérateurs de datacenters manquent d’expertise en matière de durabilité et se demandent, face à cette tâche difficile, quels paramètres suivre et quelles stratégies mettre en oeuvre », a déclaré la compagnie.

Le framework invite les opérateurs de datacenters à se concentrer sur les cinq domaines mesurables suivants :

– L’énergie : Outre les baisses de consommation obtenues par des opérations efficaces, le recours à des énergies renouvelables permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) induites par la consommation d’électricité. Schneider encourage la production de rapports réguliers sur la consommation d’énergie, l’efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables afin de suivre les progrès réalisés.

– Les émissions de gaz à effet de serre (GES) : Le CO2 et d’autres gaz comme le méthane (CH4), les hydrocarbures perfluorés (PFC) et les hydrofluorocarbures (HFC) sont classés parmi les gaz à effet de serre. Il est important pour les exploitants de datacenters de déclarer les émissions de GES afin de montrer les efforts qu’ils font pour réduire leur impact sur le changement climatique.

– L’eau : La consommation d’eau devient un enjeu de plus en plus critique à mesure que le refroidissement à l’eau s’impose. Cependant, les technologies de refroidissement sont basées sur l’évaporation pour rejeter la chaleur, une pratique qui s’accompagne d’une consommation d’eau très importante. Les recherches de l’Uptime Institute ont montré qu’un datacenter de 1 Mégawatt (MW) qui s’appuie sur des méthodes de refroidissement traditionnelles consommait environ 25 millions de litres d’eau par an. Schneider recommande d’utiliser de l’eau récupérée ou recyclée plutôt que de l’eau douce (eau potable).

– Les déchets : Les datacenters génèrent beaucoup de déchets pendant leur construction et leur exploitation. Réduire au minimum la production de déchets de la chaîne d’approvisionnement et recycler les déchets pour éviter de les envoyer à la décharge est un choix stratégique essentiel pour rendre l’opérateur plus durable sur le plan environnemental.

– L’occupation des sols et la biodiversité : Les datacenters ont une empreinte au sol relativement faible par rapport aux bureaux d’entreprise standard. Cependant, les datacenters dotés de fermes solaires/éoliennes peuvent avoir un impact significatif sur les terres et la biodiversité. Les opérateurs de datacenters doivent également se préoccuper de l’impact qu’ils peuvent avoir sur les terres et la biodiversité.

Le framework de Schneider Electric a été développé par le centre de recherche sur la gestion de l’énergie Energy Management Research Center, avec le support d’experts en critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), de consultants en développement durable, de scientifiques spécialisés dans les datacenters et d’architectes de solutions pour datacenters, l’objectif étant d’aider les opérateurs à effectuer les bonnes mesures de durabilité et à générer les bons rapports.